La RSE booste la performance des entreprises 

Selon l’étude de France Stratégie (menée sur 8 500 entreprises), la performance des entités qui intègrent les critères ESG augmente en moyenne de 13%. Les gains de la démarche, fortement corrélés avec la performance économique peuvent s’expliquer par la mise en place de pratiques RSE, ou tout simplement par l’attrait pour la RSE des entreprises en bonne santé.

Le Groupe Hervé, Leader « responsable », se base sur un management « concertatif » pour ses 2 800 salariés. Si l’enjeu énergétique représente 90% de son activité, l’efficacité de ses actions repose sur une philosophie qui met en avant ses « intrapreneurs » et managers par un « processus décisionnel concertatif » basé sur l’évolution des métiers, des objectifs partagés et la transparence vis-à-vis de leurs parties prenantes. Les Trophées du leader responsable des « Echos Business » ont récompensé trois patrons de PME et ETI et leurs leaders responsables. Les récents questionnements sur les méthodes de certaines entreprises (comme Petit Navire) permettent, une fois encore, de démonter l’importance des démarches RSE dans les stratégies d’entreprise.

Le gain de performance varie selon le pôle d’activité, « ils s’échelonnent de 5 % pour la relation client à 20 % pour la dimension ‘ressources humaines’ ». Cet écart de performance traduit l’effet direct de la démarche sur l’efficacité organisationnelle et l’attractivité de ces entreprises responsables et engagées. Une entreprise ayant intégrée les critères RSE dans sa stratégie tend vers un management responsable, envers ses parties prenantes et son environnement. La RSE, au cœur de la prise en compte des différents acteurs, permet une synergie organisationnelle, un climat favorable à l’implication des salariés et la prolifération d’innovations responsables.

« Il est plus économique de produire de façon écologique » Emmanuel Druon, dirigeant de Pocheco. Pocheco, fabricant d’enveloppes basé à Lille, articule sa stratégie autour de 3 axes : gain de productivité, baisse du risque au travail et réduction de l’empreinte environnementale. L’investissement de 10 millions d’euros sur 15 ans a permis une économie de 15 millions d’euros.

Selon France Stratégie, le gain économique induit par la démarche RSE peut s’expliquer par une meilleure valorisation des capitaux humains et organisationnels de l’entreprise : « fondées sur le renforcement continu des compétences et sur le développement de dispositifs managériaux collaboratifs, les pratiques RSE favorisent l’innovation organisationnelle, améliorent le climat social et l’efficience du capital humain spécifique, avec des effets positifs renforcés sur la performance de l’entreprise »

Depuis quelques années, les acteurs impliqués dans le développement durable se rapprochent des directions financières pour enclencher des discussions sur le reporting intégré. Cette démarche vise à améliorer la prise de décision grâce à une intégration des enjeux RSE dans la stratégie et donc dans les objectifs de performance globale.

Pour Sustainable Metrics, atteindre un niveau de croissance durable satisfaisant demande d’initier des changements de vision et d’action en élargissant la réflexion stratégique aux enjeux globaux et notamment les enjeux ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance). Le reporting intégré consiste à identifier les indicateurs de performance qui permettent de retranscrire la manière dont la prise en compte des enjeux ESG dans la stratégie d’une organisation conduit à créer de la valeur à court, moyen et long terme pour l’entreprise et ses parties prenantes.

L’enjeu est le suivant : pérenniser son activité grâce à un business model exigeant, compétitif et décarbonée.

En savoir plus sur le reporting intégréRSE perf éco

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

    *