Combien d’études ont été publiées sur l’importance de compter les émissions de gaz à effet de serre indirectes (Scope 3) depuis 10 ans ?

Ne les comptons pas, car elles sont nombreuses démontrant que les réels enjeux climatiques de la majorité des acteurs économiques se situent sur l’ensemble de leur processus amont et aval de leur chaine de valeur. Il convient de mesurer et d’agir sur ce fameux scope 3 (les émissions indirectes) et ces études se matérialisent aujourd’hui par la mise en défaut juridiquement d’une banque décrétée climatiquement borgne !

Emissions de CO2

 La conviction, poussée avant-hier par l’art 173 de la Loi de transition énergétique (LTE), hier par la directive européenne sur le reporting extra-financier, est reprise aujourd’hui par les ONG Greenpeace Pays-Bas, Oxfam, Banktrack et Milieudefensie qui ont déposé le 8 mai 2017 une plainte contre la banque ING auprès du PCN (Point de Contact National) néerlandais de l’OCDE considérant qu’ING comptabilise les émissions de ses propres opérations, mais pas celles des entreprises et des projets qu’elle finance, alors que ces émissions sont significatives.

Notre conclusion : le périmètre de votre reporting carbone renseigne implicitement sur l’assiette de vos actions de progrès…. alors si vous agissez fortement et de façon engagée : ajustez votre reporting carbone !

« Quand on a décidé de maigrir, la première action est souvent de se doter d’une balance »

L’équipe de Sustainable Metrics ! 

Pour en savoir plus sur le sujet: Dutch NGOs vs. ING Bank- OECD Watch

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

    *