Du 19 au 29 novembre 2018 se tenait le Sommet en ligne – Devenir une Entreprise Responsable à l’initiative de Bio-Entrepreneur. A cette occasion, notre Directeur Général, Jean-Baptiste Cottenceau, a eu l’opportunité d’animer une webconférence intitulée « Les bénéfices cachés de la RSE ». Si vous n’avez pu assister à l’événement, Crowe – Sustainable Metrics vous propose une revue rapide en lien avec nos offres telles que le Reporting intégré, le Diagnostic de matérialité, le BEGES et le Bilan Carbone, ou encore le Pilotage de performance durable.

 

  • La RSE est une prime d’assurance

Le premier point évoqué par Jean-Baptiste Cottenceau était la prévention du risque. En effet, le business as usual est représentatif de la « schizophrénie actuelle » où la finance guide les choix et pilote les résultats. On ne compte plus les cas où la non-maitrise des risques ESG a eu des répercussions économiques directes (Volkswagen, Spanghero, etc.). Dès lors, une démarche d’intégration s’intéresse à la prévention des risques et augmente votre vigilance.

L’Integrated Thinking permet d’apporter une vision plus prospective de l’entreprise à l’aide de rapport intégré (et non plus rétrospective avec les rapports annuels), et de mieux comprendre sa stratégie de création de valeur. Dans un écosystème de plus en plus complexe, il s’agit de mettre en cohérence l’ensemble des dimensions en élargissant la réflexion stratégique aux enjeux ESG : économique, sociale, sociétale, financière, environnementale, éthique et de gouvernance.

4 étapes (en général) :

  • Salience = cherche à définir les aspects pertinents d’un problème
  • Causality = cherche à déterminer les relations entre les parties liées et apparemment non liées du problème
  • Architecture = implique la création d’un modèle qui décrit les relations définies dans les deux étapes précédentes
  • Resolution = décrit la décision et comment elle a été atteinte

Le rôle de Crowe – Sustainable Metrics est de vous accompagner dans votre démarche RSE. Il s’agit de choisir le bon chemin pour vous, celui qui vous amènera à matérialiser la liaison entre démarche RSE et création de valeur :

  • Penser à l’intégration des critères ESG dans la durée et produire des rapports/publications de plus en plus ambitieuses
  • Produire un rapport intégré en levant l’ensemble des avantages et limites, puis préparer l’intégration

Pour plus d’information sur nos solutions de reporting intégré, veuillez suivre le lien :

http://www.sustainable-metrics.com/nos-expertises/reporting-integre/

  • La RSE pose les bonnes questions

La démarche RSE permet donc d’établir un diagnostic global de l’environnement de l’entreprise. Cela passe par l’analyse de matérialité qui vise à établir une hiérarchie pertinente des enjeux d’une stratégie RSE ainsi que les attentes des diverses parties prenantes. Cette analyse rend possible l’exploitation d’une masse d’information complexe en matière de pilotage et de mise en œuvre de la démarche.

L’analyse de matérialité s’articule autour de trois axes essentiels :

  • Anticipation et innovation : sélection et mise en perspective des enjeux, meilleure appréhension des opportunités, meilleure maitrise du risque…
  • Clarté et concision : transparence et lisibilité des actions entreprises, dialogue avec les parties prenantes…
  • Cohérence action et communication : crédibilité vis-à-vis de la société civile et des investisseurs, lutte contre le greenwashing, meilleure réputation…

La matrice de matérialité est l’outil privilégié d’une analyse de matérialité. Elle permet d’évaluer les implications stratégiques et les impacts sur le business model de l’entreprise en concertation avec l’ensemble des parties prenantes.

Diagnostic

Pour plus d’information sur nos solutions de Diagnostic et Matérialité, veuillez suivre le lien :

http://www.sustainable-metrics.com/nos-expertises/materialite-et-enjeux-prioritaires/

  • Les bénéfices cachés d’une démarche RSE

Attention, il est nécessaire de souligner que les « bénéfices » ne sont pas toujours là où l’on regarde et ne se traduisent pas forcément en valeur pécuniaire.

En prévenant les risques éventuels, la démarche RSE permet de prendre les devants sur des problématiques clefs et même d’en tirer des bénéfices. C’est le cas par exemple de l’absentéisme au travail qui coûte en moyenne 4059 €/an/salarié et près de 985 M€ à la Sécurité Sociale. Or il est révélé que 70% font suite à l’organisation du travail, au stress, à la démotivation, etc. Prévenir l’absentéisme en investissant dans la Qualité de Vie au Travail (QVT) engendre donc irrémédiablement des bénéfices cachés.

Dès lors, l’ensemble des considérations et des actions pris en compte par une démarche RSE est susceptible de générer des bénéfices économiques mais également intellectuels, humains, environnementaux, culturels, territoriaux, etc.

  • La RSE ne s’improvise pas, elle se vit !

D’abord il est important de rappeler que la RSE n’est pas exclusive aux grandes entreprises mais concerne également les PME-ETI. En 2017, plus de 50% des PME-ETI déclaraient avoir une démarche RSE, dont la moitié avec formalisation et plan d’action (source Bpifrance).

Ensuite, s’inscrire dans une démarche RSE pour un entrepreneur présente des avantages et des inconvénients :

Comme évoqué précédemment, le déploiement d’une stratégie RSE doit suivre un processus d’amélioration continue. Et cela passe par la structuration de plans d’action, la fixation d’objectifs quantifiés, le suivi de performance grâce aux indicateurs.

Pour une stratégie RSE ambitieuse et opérationnelle, consultez notre offre intégrée de pilotage de votre performance durable : http://www.sustainable-metrics.com/piloter-votre-demarche-de-progres-rse/

 

Crowe – Sustainable Metrics remercie Le Sommet en ligne pour son invitation et espère vous retrouver lors de futurs événements durables.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

    *